Notre petite curiosité n’a que 10 mois, et nous savons d’ores et déjà, que nous aimerions lui offrir une alternative à l’école en pratiquant l’Instruction En Famille (IEF) aussi appelée homeschooling. Evidemment, le sujet vient déjà sur le tapis. Au repas de famille, chez la nounou, avec les amis… Tout part généralement de cette phrase «  ah ben vous verrez quand elle ira à l’école  ». Et là, c’est le début de la fin, puisque nous répondons « Ben en fait euhhh… Elle n’ira pas à l’école, nous avons décidé de pratiquer l’IEF  ». Le débat est lancé. Et l’accueil est toujours le même  : une pointe de récalcitrance, un brin de jugement.  Lors d’un court séjour entre amis, nous avons même été confrontés à une réaction étonnante : certains se sont fermés à tel point qu’ils nous ont servi une soupe à la grimace pendant le restant du week-end. Muuum… Pas grave, on garde le sourire et on explique notre choix posément. Car notre décision n’est pas due à une rebellion contre le système scolaire. Elle est davantage motivée par l’envie d’accompagner au mieux notre petite curiosité. Nous sommes également convaincus que l’apprentissage est meilleur par le jeu que par le travail et comme nous sommes de grands enfants… 😉  Nous échangeons aussi avec d’autres familles souhaitant pratiquer ou pratiquant déjà l’IEF. Cela nous permet de multiplier les raisons en faveur de notre choix et d’enrichir nos réponses face au monde… Alors, pour les personnes que le homeschooling chatouille, c’est parti pour une série d’articles rassemblant nos propres “arguments”. Des éléments, qui je le souhaite, vous permettront de mieux réussir votre «  coming out  »;) Place à l’objection «  number one  », la socialisation de l’enfant  !

«  Vos enfants vont être totalement désocialisés  » C’est le refrain par excellence. Pourtant, je vous assure que notre objectif n’est pas d’aller vivre dans une grotte au fin fond de l’Ardèche, ni même d’enfermer notre petite curiosité dans un placard / carton 🙂 Et pourtant, dans l’imaginaire collectif, la socialisation de l’enfant passe par l’école, quasi exclusivement.

Qu’est ce que la socialisation  ?

Tout d’abord, et pour reprendre l’idée à son origine, la socialisation consiste à apprendre les valeurs et normes, qui permettront à l’enfant, ce futur adulte, d’évoluer sainement et sereinement avec la société qui l’entoure. L’hygiène, s’habiller en fonction de ce que l’on va faire, adapter son langage à son interlocuteur, la politesse, le respect de l’autre… Sont bel et bien des notions majoritairement inculquées à la maison. Et les professeurs des écoles le disent assez «  Nous ne sommes pas là pour éduquer ». L’école est donc totalement subsidiaire à ce niveau.

Des gens ailleurs que dans les cours de récré  ?

Pour le côté communautaire, il existe mille et une autre façons de rencontrer du monde qu’en allant à l’école. Fort heureusement, d’ailleurs, parce qu’imaginez si nous faisions la parallèle Ecole/Travail… Cela signifierait qu’une fois adulte, nous n’aurions que le bureau, l’entreprise comme lieu d’échanges et de rencontres. Donc revenons à nos moutons… Un enfant qui va au parc, à la danse, au centre aéré, dans le jardin avec les voisins et j’en passe, rencontre, lui aussi, un grand nombre de personnes. Et c’est ça l’IEF (en tous les cas, pour nous), c’est avoir du temps pour faire toutes ces choses. Ces choses qui n’existent habituellement, que si le rythme de vie le permet une fois l’école terminée… Et aussi, ne pas enfermer l’enfant dans des rencontres avec des petits de son âge uniquement, mais favoriser l’échange tout acabit  : avec les ados, les bébés, les adultes… Parce que nous avons tous à apprendre de tout le monde. 

La conclusion que je fais de tout ça, c’est que  finalement, la socialisation de l’enfant ça n’est pas l’école, mais la vie, tout simplement. Vous ne trouvez pas ?

1 Comment

  1. Bonjour,

    Je suis bien évidemment d’accord avec toi. Il est complètement artificiel de réunir 30 élèves du même âge dans une même classe.
    Les enfants d’âges différents s’entraident et apprennent des uns et des autres. Il est illusoire de penser qu’un enseignant seul -voire au mieux accompagné d’un atsem- est le mieux placé pour enseigner à tout ses élèves 🙂
    L’école et surtout nombreux de ses agents tentent au mieux de créer un environnement favorable au bon développement de ses élèves (malgré un fonctionnement archaïque et des moyens insuffisants), mais il faut l’avouer tout de même: qui d’autres que des parents motivés pour s’occuper au mieux de leur(s) enfants au quotidien?

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.